30 avril 2016

Sourcellerie, de Terry Pratchett


En dernière minute, voici un roman dont je devais vous parler ce mois-ci, et une pure partie de plaisir !


Résumé :

Sur le Disque-Monde, le huitième fils d'un huitième fils devient un mage qui sera éduqué à l'Université de l'Invisible. Mais que devient le huitième fils d'un mage ? Normalement, ça ne devrait pas arriver : les mages n'ont pas d'enfant. Sauf un. Qui a eu huit fils. Et le huitième est un sourcellier qui risque bien de détruire le Disque-Monde.


Mon avis :

Quand j'ai envie d'un bon divertissement littéraire, une valeur sûre, je sais toujours où me tourner : je progresse un pas de plus dans l'univers magique créé par Terry Pratchett. L'humour, c'est toujours délicat, mais il y en a qui marchent bien avec moi et le Disque-Monde fait partie de ceux-ci. Ce mois-ci, le thème du challenge "Un genre par mois" c'était la fantasy, et comme en plus j'avais besoin d'une lecture légère et prenante en ce moment, "Sourcellerie" s'est imposé de lui-même.

J'ai donc retrouvé avec beaucoup de plaisir ce cher Rincevent et son acolyte le Bagage. L'aventure commence par la visite de l'Université de l'Invisible, ce lieux mythique tout aussi profondément farfelu que le reste du monde dans lequel elle se situe. Puis l'intrigue se divise en deux : d'une part, nous avons le fameux sourcelier, un sale gosse aux pouvoirs inimaginables qui vient prendre sa place parmi les sorciers. Et de l'autre, nous avons Rincevent, chargé (contre son gré, comme d'habitude) de la sécurité du chapeau magique de l'Archimage de l'Université, qui a sa propre personnalité et compte bien ne pas atterrir entre les mains de Thune le sourcellier. En résumé : côté pile, on a de la magie qui va détruire le monde, et côté face, un mage raté suivi d'un coffre à pattes au service d'un chapeau pointu. On est bien dans l'univers loufoque du Disque-Monde ! 

Par rapport aux autres volumes de la série que j'ai déjà lus, j'avais préféré Mortimer et La Huitième Fille qui sont d'autant plus amusants qu'ils abordent des thèmes très sérieux. Ici il s'agit surtout d'aventure et de magie, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver ce cher Rincevent et son Bagage. Rincevent a son côté très amusant de mage raté et très honnête par rapport à sa propre lâcheté, mais en même temps, il a tellement souvent raison que ce sont les autres personnages qui finissent par paraître ridicules. D'ailleurs, il se découvre trois nouveaux compagnons pour cette aventure (sans compter le chapeau) ; je n'en dirai rien à part que l'un d'eux est lié à un personnage des précédentes aventures, La Huitième Couleur et Le Huitième Sortilège. Ce n'est donc clairement pas par ce roman qu'il faut découvrir le Disque-Monde ; mais ce n'est pas non plus celui par lequel on terminera la lecture, étant donné qu'à la fin de ce tome, Rincevent et le Bagage se trouvent dans une situation qui nécessitera encore pas mal de pages...

Ce qui m'étonne le plus dans cette lecture, c'est que je ne me fatigue pas de l'humour de Terry Pratchett.  Il est très reconnaissable et très particulier, et pourtant, pour le moment, il arrive encore à me surprendre avec de nouveaux jeux de mots et de nouvelles situations inattendues. Je ne ris pas aux éclats, mais j'apprécie le loufoque de la narration à chaque page. Ceci dit, je n'en suis qu'au début de cette série qui compte quarante tomes, et je compte bien continuer à prendre mon temps en ne sortant les tomes suivants que quand j'ai besoin d'un divertissement facile et sûr.

 
Pour en savoir plus :

0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...