24 octobre 2016

Fuzzy nation, de John Scalzi


Encore du Scalzi ! Oui, je sais, mais c'est quasiment devenu un petit challenge personnel de lire tous ses romans, et ce n'est pas le dernier... Laissez-moi vous présenter cette réécriture très réussie !


Résumé :

Jack Holloway est le type même de l'emmerdeur nonchalant : interdit d'exercer sa profession d'avocat après avoir frappé un client, il se retrouve prospecteur de pierres de lune sur la planète Zara XXIII, où il perd à nouveau son boulot pour avoir dressé son chien à provoquer à sa place les explosions qui dénichent les pierres précieuses. Mais surprise : sa dernière explosion a fait apparaître un énorme filon de pierres de lunes, une fortune dont il négocie âprement les droits avec ses anciens patrons. Sauf qu'au même moment, il découvre une colonie de petits animaux poilus étonnamment astucieux qui, s'ils s'avéraient remplir les conditions qui déterminent une race intelligente, obligeraient à cesser toutes les activités minières sur Zara XXIII... Tout à coup, il va devoir choisir entre devenir riche ou protéger les intérêts de ses nouveaux petits amis face à une entreprise interplanétaire.


Mon avis :

Je savais qu'on pouvait faire un remake d'un film ; j'ignorais que c'était aussi possible pour un roman. Et pourtant, c'est bien ce qu'est "Fuzzy Nation", le remake (autorisé par les ayant droit) d'un roman de science-fiction de 1962, "Little Fuzzy" de H. Beam Piper. J'ignorais ça au moment d'écouter ce roman, et je n'ai pas lu l'histoire originale, ce qui fait que je ne pourrai pas faire de comparaison. J'ignorais aussi que l'audiolivre de "Fuzzy Nation", narré par Will Wheaton, avait gagné un prix en 2012, mais ça, ça ne m'étonne pas du tout, car Will Wheaton donne une voix parfaite aux personnages impertinents chers à John Scalzi !

"Fuzzy Nation", c'est donc une sorte de roman de science-fiction d'aventure écologique (je ne sais pas si ce genre existe mais si ce n'est pas le cas, je viens de l'inventer). Le héros rassemble toutes les qualités des autres héros de l'auteur : il a le pragmatisme de John Perry dans "Le vieil homme et la guerre", la débrouillardise d'Andrew Dahl dans "Redshirts", les capacités cachées d'Harry Creek dans "The Android's Dream", l'impertinence de Tom Stein dans "Impressario du troisième type", et il y a même un procès plein de rebondissements comme dans "The Android's Dream" et des intérêts économiques cruciaux comme dans "Lock In".  Ce qui ne revient pas à dire que ce roman n'est pas original !  Il rassemble juste tout ce que j'aime dans les autres romans du même auteur.

Et en plus de ça, il y a les fuzzies. Ces petites boules de fourrure seront au coeur de l'intrigue à partir du moment où elles apparaissent, et alors qu'elles ne constituent pas véritablement un personnage à part entière, on ne peut s'empêcher d'adorer leur personnalité facétieuse. Il y a aussi un aspect éthique un peu compliqué : à partir de quand peut-on considérer qu'une espèce est intelligente ?  Mais si la question est posée, le roman n'est pas réellement fait pour nous inciter à réfléchir, puisque dans ce cas-ci nous avons une réponse évidente. C'est plutôt un très chouette divertissement, plein de rebondissements que je n'aurais pas vu venir moi-même, surtout que le héros principal qui a toutes les cartes en main est plutôt moralement douteux.

Bref, encore une fois, je me suis vraiment beaucoup amusée en écoutant cette histoire. Ce roman n'est pas très long, il est plein d'humour, et on ne s'ennuie pas une ligne, pas une seconde. Je ne sais pas si John Scalzi me décevra un jour, mais ce ne sera pas encore pour aujourd'hui !


Pour en savoir plus :

1 réactions:

Ksidraconis

Ah sympa ! j'ai lu Redshirts qui m'avait bien amusée, et j'ai celui-ci aussi, c'est un cadeau, et je n'en avais jamais entendu parler. Ton avis m'incite à le placer plus haut dans ma pile du coup :)

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...