22 novembre 2017

Home by Nightfall, de Charles Finch


Charles Lenox, mon cher détective victorien, est de retour avec une neuvième aventure !


Résumé :

Londres, 1876. L'agence de détectives de Charles Lenox a enfin pris son essor, et le cas particulièrement mystérieux de la disparition d'un grand musicien en visite à Londres lui fait de l'oeil. Mais au même moment, son frère, veuf depuis peu et en pleine dépression, a besoin de sa présence dans la maison campagnarde familiale. Charles l'y accompagne, quitte à essayer de résoudre à distance le cas du musicien, mais se rend bien vite compte qu'un autre mystère l'attend dans son village natal...


Mon avis :

La série des romans policiers ayant pour héros notre gentleman victorien Charles Lenox se poursuit avec ce neuvième tome (déjà !). Et je dois avouer que je ne m'en lasse toujours pas. Il y a quelque chose de particulièrement attachant chez ce monsieur au grand coeur et sans histoires, qui vit dans un petit monde plein de tendresse, et ne semble jamais exagérément affecté par le mal qu'il rencontre. Ces aspects sont encore plus présents dans la version audio originale du livre : le narrateur sait donner à Charles une voix expressive mais si douce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. Pour des raisons que j'ignore, alors que j'avais déjà acheté ce tome en version audio, les tomes précédents ont disparu du catalogue d'Audible (et celui-ci aussi, d'ailleurs, après que je l'ai acheté), ce qui fait que j'ai du alterner au fil des tomes entre la version ebook et la version audiolivre. Eh bien j'avoue que si j'aime les deux, je préfère la version audiolivre, tant le narrateur arrive à me rendre les personnages très proches. 

Dans ce tome, l'histoire commence à la fois sur une note agréable et sur une note très triste : d'un côté, l'agence de détectives privés qu'a fondée Lenox connaît enfin le succès et il s'épanouit dans son travail qui est aussi sa passion, mais d'un autre, son frère adoré est en pleine dépression suite au décès brutal de son épouse. Quand son frère est obligé de retourner au domaine des Lenox en pleine campagne, Charles sait ce qu'il doit faire : l'y accompagner pour qu'il ne se retrouve pas tout seul pour la première fois dans la grande maison où son épouse est décédée (ce n'est pas dit clairement mais le risque du suicide plane visiblement). Le problème c'est que son agence a vraiment besoin de lui à Londres, d'autant plus qu'un musicien allemand très célèbre vient de disparaître mystérieusement de sa loge à l'opéra, tous les journaux ne parlent que de ça, et résoudre cette affaire permettrait d'asseoir la réputation de l'agence face à un féroce concurrent. 

Lenox, bien évidement, prend ses dispositions pour faire passer sa famille avant tout, et retourne sur les terres de son enfance avec son frère. Et comme par hasard, il vient à peine d'arriver qu'un habitant du coin vient le voir : il lui arrive des choses bizarres, une femme inconnue est entrée dans sa maison, on lui a volé une bouteille de sherry, on lui tend un piège pour l'éloigner de chez lui, et on dessine sur un de ses murs une image d'enfant un peu lugubre... Évidemment, la curiosité de Charles est piquée, d'autant plus qu'une petite enquête pourra aussi occuper les idées de son frère, et il ne résiste pas au plaisir de prendre les choses en charge. Très vite, d'ailleurs, toute une série de petits méfaits disparates viendront épaissir le mystère...

Le résultat, c'est qu'on a une intrigue qui se joue sur deux tableaux. D'un côté, on découvre avec Charles Lenox le pays de son enfance, ce qui donne bien évidemment lieu à quelques réflexions nostalgiques mais donne encore un peu plus de profondeur au personnage, et on a le plaisir de le suivre dans cette petite enquête rurale. De l'autre côté, Charles suit, d'aussi près que les moyens de communications de l'époque le permettent, l'enquête sur la disparition du musicien allemand à Londres, et arrive à s'y immiscer un petit peu. D'autant plus qu'en son absence, son agence est victime d'une trahison qui leur coûte des clients... 

A cause de tous ces événements concurrents, l'intrigue pourrait être un peu écartelée, mais je n'ai pas eu cette impression. Le résultat c'est plutôt deux enquêtes parallèles, peut-être un peu plus simplistes que les enquêtes précédentes de cette série, mais qui conservent le même niveau d'intérêt. Il n'y a aucun risque de se mélanger les pinceaux vu que les cas sont très différents et n'ont pas lieu au même endroit. J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir le village natal de Charles ; ce n'est pas la première fois qu'il mène l'enquête en milieu rural, mais il y a quelques chose de touchant à découvrir les lieux où il a passé son enfance et le voir réminiscer sur sa jeunesse et ses parents.  Et puis le mystère auquel il a affaire est plutôt original, et sa conclusion assez surprenante, bien qu'un poil sordide... Le mystère de l'artiste allemand est un peu plus superficiel et moins prenant, vu que le héros, et donc l'auteur, avait moins de temps à lui consacrer. Mais il joue bien son rôle, qui est d'ajouter une dimension supplémentaire au récit dans sa globalité.

Bref, Charles Lenox n'a pas encore réussi à me décevoir, et ce n'est pas avec ce tome-ci que c'est arrivé. La double enquête est prenante, Lenox est toujours aussi adorable, et j'ai aimé passé beaucoup de temps avec son frère aussi. Le seul problème de ce tome : c'est l'avant-dernier publié à ce jour dans cette série dont je n'ai pas envie d'atteindre la fin ! 


Pour en savoir plus :


0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...