6 septembre 2017

Everything, Everything, de Nicola Yoon


Ça fait des mois que je devais vous parler de ce roman, l'une de mes rares incursions en littérature jeunesse et en romance. Suis-je trop vieille pour ces choses-là ?


Résumé :

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


Mon avis :

Parfois, je prends des risques en lecture. Il y a des styles dont je sais qu'ils ne sont pas pour moi généralement, mais je me refuse à condamner à jamais tout un genre littéraire, alors j'essaie de leur redonner leur chance de temps en temps. Le résultat c'est parfois de belles surprises, comme avec "Avant toi" de Jojo Moyes. Mais de façon générale le romantisme est un de ces genres qui ne sont pas pour moi.

Je lui ai quand même à nouveau donné sa chance à l'occasion du Book Club de mai. C'est le roman Everything, Everything qui a été sélectionné et les uns après les autres, les participants qui avaient terminé leur lecture en avance revenaient chanter ses louanges. Comme j'aime bien lire la plupart des livres choisis pour le book club si je le peux, comme il existait en audiolivre en VO et comme justement il me restait pas mal de crédits à utiliser sur Audible, j'ai profité des conditions si justement réunies et je me le suis procurée.

Je dois avouer qu'au début, j'ai été vraiment très déçue. La principale raison c'est que je me suis rendue compte qu'il s'agissait avant tout d'un roman jeunesse. Sa fiche Bibliomania ne l'indiquait pas, et j'ai très naïvement mal interprété le résumé. Je pensais que l'histoire serait plutôt dramatique, étant donné que la maladie très particulière de l'héroïne me semblait une opportunité pour explorer les aspects psychologiques liés au fait de vivre une existence coupée du monde. J'imaginais déjà la souffrance de ne pas pouvoir vivre l'amour, la réflexion sur la valeur d'une vie que l'on ne peut pas vraiment vivre, tout ça... Oui, je me suis vraiment emballée et maintenant que je relis le résumé je me sens assez bête  :D

Enfin bref, je me suis vite rendue compte que j'étais bien à côté de la plaque. Ce qu'on a ici c'est une histoire d'amour relativement légère, vue par une jeune femme qui connaît ses premiers émois, et visiblement écrite pour un public qui peut s'identifier à elle... ce qui malheureusement n'est pas mon cas. Madeline, l'héroïne, est douce et gentille, volontaire et pliante à la fois, et il faut bien le dire, franchement attachante. Mais en ce qui me concerne les longs monologues sur le bonheur de toucher pour la première fois la main de l'autre, ça me donne vite envie de soupirer, et pas de plaisir mais d'ennui malheureusement.

Une autre chose qui m'a vite ennuyée, c'est le style de narration. Les chapitres sont très, très courts, parsemés de paragraphes différents, comme le dictionnaire inventé par Madeline, des échanges d'emails ou de discussions en ligne. C'est très moderne et vivant, mais le résultat c'est une narration hachée qui donne l'impression que le livre a été écrit pour des lecteurs dont il est difficile de retenir l'attention. Le style est aussi relativement pauvre, surtout au début, mais quand Madeline aura l'occasion de s'ouvrir un peu au monde, elle nous offre aussi quelques descriptions assez poétiques.

En fait, ce qui m'a surtout énormément ennuyée voire même énervée pendant une bonne partie du livre, c'est... eh bien non, je ne peux pas vous le dire, parce que c'est fait exprès. Disons qu'il y a de gros soucis de logique dans cette histoire, dès le début, qui au final vont s'expliquer, mais qui m'ont souvent donné envie de fermer le livre à cause d'une intrigue qui n'avait ni queue ni tête à mes yeux. Ça c'est quelque chose que mon pauvre esprit cartésien a du mal à supporter, je dois bien l'avouer, et qui m'a empêchée d'apprécier d'autres aspects de ce roman.

Cependant, grâce au Book Club j'ai quand même terminé ce roman, et je ne l'ai pas regretté : une fois qu'on a compris "le truc", il reste un côté rafraîchissant, une gentille histoire d'amour. Ça m'a un peu rappelé "E=MC2" de Patrick Cauvin, que j'ai adoré étant plus jeune et relu dernièrement, sauf que j'avais trouvé le roman de Cauvin beaucoup plus comique par moments. Je pense que je suis trop "vieille" dans ma tête pour apprécier ce genre de roman, mais je comprends l'engouement qu'il a suscité auprès de ceux et celles qui n'ont pas ce handicap...


Pour en savoir plus :

1 réactions:

Thalia

Mais non tu n'es pas trop vieille, ya juste des éléments que l'on supporte ou non dans une romance. Moi aussi suis difficile et certaines choses m'agacent vite.

Je ne pense pas lire ce titre, sauf si j'ai l'occasion de le croiser (emprunt ou autre) mais je ne compte pas l'acheter. Si des éléments t'ont énervée parce que pas logique, je sens que ça sera mon cas aussi d'après ce que tu écris. Et ça risque de me laisser une lecture mitigée ou passable.

Et tant pis s'il a gagné le Prix Livraddict Romance 2016 :p

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...