28 février 2018

Binti, de Nnedi Okorafor


La lecture que je vous présente aujourd'hui est ma première plongée dans l'afrofuturisme...


Résumé :

La jeune Binti vient d'être admise à l'Université Oomza, le plus prestigieuse de la galaxie. Elle est la première représentante de son peuple tribal, les Himbas, à avoir cet honneur. C'est un chemin difficile sur lequel elle s'engage : elle n'a jamais quitté le désert qui l'a vue naître, elle doit partir en cachette car sa famille refuse catégoriquement qu'elle y aille, et elle doit aussi faire face aux autres peuples et aux autres races qui considèrent sa façon de vivre comme inférieure. Mais Binti ne manque pas de courage, et son talent très particulier pour créer des liens malgré les différences pourrait bien sauver sa vie et celle de beaucoup d'autres.


Mon avis :

Ces derniers temps, parmi les amateurs de science-fiction, on parle beaucoup d'afrofuturisme, ce sous-genre littéraire qui met en avant l'Afrique, les auteurs africains et l'expérience africaine. Ca faisait longtemps que je voulais le découvrir, et j'ai profité d'une promotion sur Audible pour acquérir l'audiolivre de ce récit assez court dont j'avais croisé le titre à plusieurs reprises.  Comme d'habitude je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, car je préfère ne pas lire de résumé ou de critique avant de commencer ma lecture; la surprise a été totale, et le dépaysement aussi.

Dès le début, mini choc culturel : la narratrice a un joli accent chantant qui m'a demandé un peu de temps d'acclimatation. Avec les audiolivres, c'est difficile de savoir quelle partie de mes impressions concernant le livre vient du texte en lui-même, et quelle partie est influencée par le narrateur. Il m'est arrivé de commencer une série en audiolivre, puis de la continuer au format texte, et de découvrir une atmosphère tout à fait différente. Ici l'accent et le ton chantants m'ont peut-être fortement influencée, mais j'ai eu l'impression d'une histoire un peu poétique, légèrement perchée entre rêve et cauchemar, avec une héroïne plus jeune que son âge (peut-être parce qu'elle a grandi dans un milieu protégé ?) et un décor futuriste un peu nébuleux. En ne lisant qu'un résumé de l'intrigue on pourrait croire qu'il s'agit d'un space opera, mais l'ambiance est très différente.

En fait, j'ai eu l'impression que cette intrigue ne parle pas du tout de voyage spatial, de guerre intergalactique, de bestioles étranges ni même du futur: elle parle d'identité, de racisme, de culture, de déracinement. Binti est une jeune fille qui a grandi dans une communauté isolée, dont les coutumes ont dû s'adapter à la réalité du désert (par exemple il y a trop peu d'eau pour se laver alors on s'enduit le corps d'une pâte qui est devenue tellement importante que ne pas en être recouvert, c'est pire qu'être nu). Quand elle part, elle plonge non seulement dans une nouvelle vie, mais aussi au milieu de gens très différents d'elle, dont elle sait que beaucoup considèrent ses coutumes comme sales et barbares. Face aux regards insultants, elle voudrait passer inaperçue, mais elle ne peut pas renier ce qui est son identité. Elle a peur et elle doute d'une façon que l'on n'imagine pas quand on a vécu toute sa vie dans un milieu où on n'a jamais été l’intrus.  

Au final, le message de ce récit est un message d'espoir : c'est parce qu'elle est différente que Binti va pouvoir faire changer les choses, et une preuve matérielle très concrète de sa différence sera finalement la clé qui permettra de faire le lien entre deux ennemis. Je ne veux pas en dire plus pour ne pas gâcher la surprise à ceux qui liront cette histoire, mais je peux vous dire que c'est cette interprétation qui m'a sauté aux yeux et qui lui donne toute sa saveur.

En ce qui concerne les points négatifs, je dois avouer que le côté un peu "rêveur" du récit est plutôt un négatif pour moi (et moi toute seule !) car je suis une personne trop terre-à-terre pour l'apprécier pleinement. Les défauts dans la logique d'une intrigue m'énervent, et ici j'en vois un très, très gros, qui m'a vraiment dérangée. Du coup j'hésite à poursuivre avec le tome 2 de cette trilogie ; peut-être sous format papier, pour vérifier si l'atmosphère est toujours la même ou si elle venait de la narratrice ?

Bref, voici une histoire courte dont je ne peux pas dire si elle est vraiment représentative de l'afrofuturisme, mais qui est certainement une magnifique métaphore pour représenter le déracinement qu'ont dû vivre et doivent encore vivre de nombreux Africains. C'est aussi, au premier degré, une belle histoire un peu poétique et pleine d'aventures. Et c'est certainement une expérience à tenter, ne serait-ce que pour un peu d'exotisme. 


Pour en savoir plus :
- la fiche Goodreads du livre


1 réactions:

Vert

J'en ai déjà entendu du bien de cette série de novellas. J'espère qu'une bonne âme va finir par la traduire en VF (sinon faudra que je me colle à la VO je présume).

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...