8 novembre 2017

Le vieil homme et la guerre, tome 3 : La dernière colonie, de John Scalzi


Le "vieil homme" qui est parti à la guerre n'en est pas au bout de ses aventures. Que lui arrive-t-il dans ce troisième tome ?


Résumé :

Après leurs nombreuses aventures en tant que soldats de l'espace, John Perry, Jane Sagan et leur fille adoptive Zoe coulent des jours heureux de colons et d'administrateurs, jusqu'au jour où on leur propose de diriger la colonisation d'une nouvelle planète, Roanoke. Il s'agira de diriger un peuplement comprenant des représentants de dix colonies humaines différentes avec le soutien de l'Union Coloniale. Après y avoir réfléchi, ils acceptent et s'embarquent pour cette nouvelle aventure bien préparée. Mais bien sûr, dès le début, tout tourne mal, car la colonie de Roanoke est au coeur d'enjeux interplanétaires dont ils ne se doutaient pas...


Mon avis :

Je suis un peu perdue dans la chronologie de la série "Le vieil homme et la guerre", je l'avoue : je pense que ce troisième tome en est en quelques sortes l'épilogue, étant donné que 1) le tome suivant raconte la même histoire du point de vue de Zoé, ça ne compte pas vraiment, et 2) les tomes d'après se concentrent sur d'autres personnages. Je ne dis pas qu'on ne peut pas avoir une série qui change de héros, mais quand la série s'appelle "Le vieil homme et la guerre" et qu'il n'y a plus de vieil homme, est-ce qu'on peut dire que c'est toujours la même série ? Ceci dit, le vieil homme n'est plus vraiment vieux depuis déjà la moitié du premier tome... Bref, c'est compliqué.

Tout ça pour dire que ce tome est le troisième de la série "Le vieil homme et la guerre", et cette fois-ci on y retrouve bien ce cher John Perry, le vieil homme éponyme. Il était sorti de sa retraite pour partir à la guerre, et maintenant il a fait son temps alors il est à nouveau "retraité" et coule une vie paisible de fermier et d'ombudsman sur une planète tranquille. Il l'a bien mérité, j'ai envie de dire, et c'est un plaisir que de le retrouver, lui, sa débrouillardise et son humour ravageur. Je m'étais moins attachée à son épouse Jane, même si elle était l'héroïne du tome précédent, mais c'est un plaisir de savoir qu'elle aussi s'en est bien tirée. Et puis il y a la petite Zoé qui en grandissant a apparemment réussi à s'affranchir d'une enfance quelque peu traumatisante. 

Dans le tome précédent, on a appris quelques trucs assez chelous sur l'Union Coloniale et ses petits secrets. Leur conséquence pratique se manifeste dans ce tome-ci, et comme par hasard, John et Jane sont au milieu du tourbillon.  Le plus beau c'est qu'ils l'ignorent, sans quoi ils ne se seraient pas lancés dans cette galère, et quand ils l'apprennent, il est déjà trop tard. Alors la bonne première moitié du livre, c'est une jolie histoire de colonisation ; John et Jane dirigent l'équivalent des premiers colons en Amérique, sauf que ça se passe sur une nouvelle planète. Tels les pèlerins du Mayflower, John et ses compagnons débarquent sur la planète qu'on leur a désignée, leur vaisseau chargé de biens de première nécessité, et s'appliquent à organiser leur nouvelle vie autonome, régler leur conflits, produire leur propre nourriture et se protéger contre les éléments et les autochtones. Ils auraient dû se méfier, quand même, en apprenant le nom de leur nouvelle planète : Roanoke, une référence pas du tout subtile à l'histoire américaine...

A partir de là, on retrouve les ingrédients habituels de cette série et des œuvres de John Scalzi en général : des personnages pleins de caractère et de répartie, de l'humour, beaucoup d'aventure, quelques batailles semi-spatiales, de la politique et des retournements de situation. C'est encore une fois assez réussi et on voit venir la fin sans se douter de la façon dont nos héros vont pouvoir se sortir de leur mic-mac. J'avoue pourtant que ni ce tome-ci ni le précédent ne m'ont enchantée comme l'avait fait le premier, avec ses héros atypiques et l'exploration d'un tout nouvel univers. Ceci dit, c'est toujours amusant, il n'y a pas de sentiment de répétition, et les pages (ou les minutes d'écoute) défilent sans peine. Je crois que mon malheur c'est que j'ai commencé par les romans de Scalzi qui resteront probablement mes préférés, et la comparaison est rude maintenant. 

En résumé : encore un tome divertissant, de la SF-aventure très réussie, et de nouvelles péripéties pour un héros dont je ne me lasse pas. Par contre je vais peut-être faire une petite pause avant de, peut-être, poursuivre la série qui prend à partir de là une nouvelle orientation. 


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- acheter ce livre sur Amazon

0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...