26 juin 2016

The September Society (Charles Lenox tome 2), de Charles Finch


Je vous l'avais dit : après avoir découvert Charles Lenox dans "A Beautiful Blue Death", j'ai tout de suite enchaîné avec la seconde de ses aventures.  Je vous emmène donc à nouveau à l'époque victorienne pour une nouvelle enquête du détective amateur ! 


Résumé : 

Charles Lenox, le détective amateur londonien de l'époque victorienne, a un souci : comment va-t-il arriver à demander en mariage la femme qu'il aime depuis si longtemps ? La timidité le paralyse, d'autant plus qu'elle semble s'éloigner de lui... Et lui est bientôt pris par une nouvelle enquête, une sale affaire : une certaine Lady Annabelle vient le voir, bouleversée, parce que son fils a disparu de sa chambre d'étudiant à Oxford. A sa place, le cadavre mutilé d'un chat et une carte de visite au nom de "La Société de Septembre"... Lenox retourne donc sur les lieux de sa jeunesse, à la poursuite d'indices concernant une société mystérieuse aux sombres desseins. 


Mon avis :

J'ai enchaîné cette histoire directement après le premier tome des aventures de Charles Lenox, "A Beautiful Blue Death" - en fait, j'avais même commencé celui-ci avant de me rendre compte qu'il s'agissait du deuxième de la série. Je peux donc vous affirmer qu'il est possible de le lire de façon indépendante, mais si comme moi vous voulez suivre dans l'ordre la vie privée du héros, il vaut mieux commencer par le début.

Dans ce tome-ci, Lenox s'est enfin aperçu de ses sentiments (clairement évidents depuis très longtemps pour le lecteur) envers Lady Jane, et se retrouve dans le rôle à la fois adorable et hyper énervant de l'amoureux transi. Heureusement que ça ne dure pas, car il est pris par une nouvelle affaire qu'il ne prend peut-être pas assez au sérieux, au début : la disparition d'un jeune étudiant (et l'assassinat d'un chat, ne l'oublions pas). Pour Lennox, c'est aussi une excuse pour retourner en pèlerinage sur les liens de sa jeunesse ; et pour l'auteur, l'occasion de nous promener à Oxford, un des hauts lieux de la culture et de la tradition anglaises. C'est peut-être ce que j'ai préféré dans ce tome : les descriptions des bâtiments (qui n'ont probablement pas beaucoup changé depuis l'époque de Lenox), des traditions estudiantines, les explications historiques en marge, le tout bien intégré à l'intrigue de façon à ce que ça ne paraisse jamais trop long, et raconté avec la nostalgie tendre du narrateur qui se souvient avec émotion de sa propre jeunesse...

Bien vite pourtant, l'intrigue tourne au dramatique, et Lenox doit se concentrer sur sa résolution. Comme dans le tome précédent, on le suit pas à pas entre Oxford et Londres, et on retrouve ses acolytes : son valet débrouillard et fidèle, son ami le médecin légiste alcoolique, son frère politicien qui connaît tout le monde, et bien sûr Lady Jane pour le soutien moral. On découvre aussi un autre aspect important de la vie de la noblesse londonienne : les "clubs" divers et variés où se retrouvent ces messieurs nantis. Il y a en plus dans ce tome-ci un petit arrière-fond lié à l'armée et à l'Inde coloniale, ce qui fait qu'on est vraiment plongé dans une époque et que ce roman, encore plus que l'opus précédent, est une véritable immersion dans l'époque victorienne.  

La résolution est bien trouvée, bien que je dois avouer que je n'ai pas fait énormément attention aux détails : quand l'enquête ne donne pas toutes les informations au lecteur, ce qui est le cas ici, j'y prête moins attention. En tous cas, s'il y avait des incohérences, je ne les ai pas remarquées. Mais ce qui est sûr c'est qu'au cours de ces pages je me suis encore un peu plus attachée à ce cher Lenox, décidément un bien gentil monsieur ! Je serai ravie de le suivre dans ses nouvelles aventures dont les premières m'attendent déjà dans ma PAL.


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- la fiche Goodreads du livre



0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...