15 octobre 2015

Millénium, tome 4 : Ce qui ne me tue pas, de David Lagercrantz


Deux mois après tout le monde, je vous parle enfin de la suite de la fameuse trilogie Millénium, de Stieg Larsson. Un nouveau volume qui a fait l'objet de sa dose de controverses, un nouvel auteur qui devait faire ses preuves... Alors, a-t-il réussi ? 


Résumé :

Rien ne va plus à Millénium. Le journal a dû être recapitalisé et, suite à des rumeurs malfaisantes concernant Mikael Blomqvist, le nouvel actionnaire souhaite le "moderniser". Il lui faut un scoop, et vite !  Quand Mikael apprend qu'un tuyau concernant de l'espionnage industriel de haut niveau est peut-être lié à Lisbeth Salander, dont il n'a plus de nouvelles depuis longtemps, il saute sur l'occasion et accepte de rencontrer un génie de l'intelligence artificielle qui se sent en danger. Pendant ce temps, Lisbeth mène une traque qui va l'entraîner jusque dans l'intranet de la NSA...


Mon avis :

Contrairement à mon habitude, j'ai hésité assez longtemps avant d'acheter ce livre. En grande fan de la première trilogie de Millénium, j'étais très curieuse de connaître l'orientation que prendrait ce nouveau tome sous la plume d'un nouvel auteur, mais j'étais aussi assez inquiète : David Lagercrantz serait-il à la hauteur de Stieg Larsson, lui qui est surtout connu pour sa biographie de la star du football Zlatan Ibrahimovic ?  Il est toujours extrêmement difficile de reprendre la plume d'un autre auteur, d'autant plus pour quelqu'un qui n'a jamais rien écrit dans le genre policier. Je n'avais pas l'intention de me laisser porter uniquement par le buzz médiatique à la sortie de cette suite très attendue, d'autant plus que, si j'en venais à acquérir ce tome, ce serait en grand format et en français, comme les précédents, ce qui représente un investissement plus important que d'habitude et une organisation un peu compliquée.

J'ai donc attendu les critiques à sa sortie avant de me lancer, et j'ai été d'abord assez déçue : j'en ai finalement trouvé très peu qui parlaient du livre en lui-même. La plupart des articles de journaux étaient plutôt centrés sur la polémique autour de la publication, le fait que ce nouveau volume était commissionné par les héritiers de l'auteur original alors que celui-ci avait coupé les ponts avec eux depuis de nombreuses années, sur le boycott de certains journalistes suédois en rapport au fait que la compagne de Stieg Larsson n'avait pas pu hériter faute de l'avoir épousé, et sur l'exploitation de la franchise à des fins mercantiles... Je dois bien avouer que tout ceci ne m'intéresse absolument pas. La compagne en question a été victime d'une loi assez injuste et d'un méchant concours de circonstances, c'est triste, mais si je comprends bien il y a eu un arrangement financier. Le fait que le frère et le père héritent d'une oeuvre qu'ils n'ont absolument pas contribué à créer ne me choque pas, la compagne n'a pas non plus contribué, et le droit d'auteur est basé sur une rémunération à long terme qui se poursuit au bénéfice des héritiers, c'est la même chose pour tout le monde. Quant au fait de commissionner un nouvel auteur pour prolonger une série à succès, à nouveau, je ne vois pas le problème : si c'est mal fait, personne n'est obligé de l'acheter ; si c'est bien fait, les héritiers seront rémunérés pour leur investissement, le nouvel auteur pour sa réussite littéraire, et les lecteurs auront profité de quelques heures de plaisir. Il n'y a ni vol ni injustice là-dedans, et c'est très hypocrite de s'offusquer du fait qu'un livre est susceptible de rapporter de l'argent. 

Bref. Tout ce que je voulais, c'était un avis sur le roman en lui-même, sur la façon dont il traitait les personnages auxquels je m'étais attachée dans les trois premiers tomes, et sur la cohérence de celui-ci dans la série. J'ai trouvé quelques critiques finalement, et elles étaient pour la plupart en majorité positives. Résultat, j'ai fini par acquérir ce roman, tout en gardant une certaine méfiance.

Eh bien j'avais tort. En fait, j'ai adoré. J'ai retrouvé dans ce roman tous les aspects des trois premiers, que ce soient les qualités ou les défauts. Le troisième tome reste mon préféré, notamment parce que j'ai adoré toute la partie sur la Supo et le procès, mais celui-ci s'inscrit tout à fait dans sa continuité. Il y a toujours Mikael et Lisbeth, fidèles à eux-mêmes : Mikael a l'air d'avoir un peu vieilli, surtout du point de vue professionnel, mais pas un seul instant je n'ai eu l'impression qu'il avait changé. Lisbeth a peut-être un peu muri, elle est devenue juste un poil plus capable de penser aux autres avant elle-même, mais c'est toujours notre génie préférée. Tous les autres sont toujours là, certains plus à l'avant-plan que d'autres, mais on n'oublie personne. Et on rajoute aussi quelques nouveaux, dont certains personnages assez hauts en couleur, d'autres beaucoup plus nuancés (parmi les bons et les méchants), des forts, des faibles, et même un enfant autiste qui, je trouve, est décrit avec beaucoup de délicatesse. J'aime quand les polars prennent le temps de construire des personnages crédibles et variés. 

A propos de ça, le nouvel auteur a repris la manie de l'ancien de nous présenter en détails les personnages secondaires qui sont seulement croisés pendant quelques pages, une habitude dont je n'arrive pas à décider si je la trouve énervante ou si elle ajoute une profondeur au roman. De la même façon, le nouvel auteur a conservé la narration très détaillée concernant tous les aspects pratiques : les marques, les noms de rues, les détails divers et variés qui foisonnent. C'était aussi quelque chose qui m'avait assez cassé les pieds au début de ma lecture de la trilogie, mais qui fait une grande partie de la spécificité de ces romans. La trilogie a une dizaine d'années maintenant, et à la relecture, certains aspects techniques ont vieilli ; ce nouveau volume nous offre des références bien plus récentes (comme le livre d'Oliver Sacks dont j'ai beaucoup entendu parler) et c'est un petit plaisir en plus que de voir cette série nous accompagner dans le temps. 

Et l'intrigue, alors ? Personnellement, je l'ai trouvée parfaite. Elle est dans la continuité de la trilogie et pourtant très moderne puisqu'elle mentionne notamment les scandales d'écoutes illégales par la NSA.  Elle tourne autour d'un personnage qui était resté très mystérieux dans la trilogie, et que j'ai très vite reconnu vu que je m'attendais à son apparition, mais j'ai eu le plaisir de constater que l'auteur s'attendait à ce que ce soit le cas et n'a pas essayé d'en faire un grand mystère (il n'y a rien de plus énervant que lorsque la narration fait tout un foin à propos d'un aspect mystérieux qu'on a deviné depuis bien longtemps). Le suspense est bien là, peut-être monté un peu facilement en alternant la narration de deux situations parallèles, mais comme c'est assez réussi, je ne vais pas m'en plaindre. Si je n'avais pas dû faire une pause vers les deux tiers pour cause de lectures urgentes, j'aurais dévoré ce roman en deux jours. 

Voilà, vous l'aurez compris : pour moi c'est une suite très bien ficelée, et je félicite David Lagercrantz pour avoir réussi à reprendre des personnages et un style très particuliers, pour avoir construit une intrigue policière prenante, et pour avoir modernisé une histoire qui le méritait bien. Si on ne m'avait pas dit qu'il s'agissait d'un nouvel auteur, je ne l'aurais pas deviné. Par contre, j'ai bien remarqué le changement de traducteur : cette traduction m'a l'air bien meilleure que celle du premier tome où j'avais repéré quelques lourdeurs.  

Ah si, un défaut quand même : j'aurais bien voulu que Actes Sud garde la même présentation que les tomes précédents, avec "Millénium" en petit. Et je trouve le dessin sur la couverture vraiment pas terrible. Et franchement, les livres en grand format, c'est vraiment pas pratique. Voilà, je dis ça pour être tout à fait complète, mais soyons honnête, c'est le genre de détail qui ne me fait pas grand-chose. 

Bref, ce roman, ce n'est que du bonheur. Si une nouvelle suite sort (et l'intrigue reste assez ouverte pour que ce soit le cas), cette fois-ci je n'aurai aucun scrupule à l'acquérir! 


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- pour faire contre-poids à mon enthousiasme : l'avis de Mortuum, qui a trouvé le scénario banal et prévisible, et celui de Belykhalil, qui a été très déçue.
- acheter ce livre sur Amazon




3 réactions:

Baroona

J'ai franchement du mal avec le principe de reprendre une série par un auteur différent. Si encore l'histoire n'était pas terminée, à la rigueur, mais là rien ne nécessitait une suite. C'est peut-être ringard, mais pour moi une oeuvre appartient à son auteur, la reprendre modifie forcément l'avis et le sentiment qu'on a sur l'oeuvre originale, et je n'aime pas ça. Et puis, une série ça doit se terminer un jour, il faut savoir passer à autre chose, ne serait-ce que pour enfin juger définitivement.
Bref, c'est surement bien, mais je n'ai aucune envie de le lire, Millenium est une trilogie. En plus, la couverture est vraiment moche. ^^'

maggie

Je rajoute ton article en lien sur mon blog ! Je ne l'avais pas vu et lu... Ma lecture des précédents tomes n'est pas aussi précis mais j'avoue que je suis comme Baroona, je ne comprends pas cette démarche de reprendre les personnages d'un autre... L'écoute en audiolib n'a pas aidé à apprécier le récit...

Bibliblogueuse

J'ai nettement moins aimé ce tome alors que j'avais adoré les précédents. J'ai trouvé l'histoire plus simple, mais écrite de manière plus compliquée et les détails sur les personnages (très) secondaires m'agacent profondément. Certains passages à mon avis ne sont pas crédibles. Je crois que j'en attendais sûrement trop, compte tenu de l'enthousiasme que j'avais eu à lire la série de Larsson. Cela dit, j'ai eu comme toi beaucoup de plaisir à retrouver nos deux héros (j'adore le personnage de Lisbeth).

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...