8 mars 2015

Le baiser de Pandore, tome 1 : Reine, de Patrick Ferrer


De temps en temps, entre deux lectures plus difficiles, un petit polar noir fait toujours du bien. En voici un que j'ai dévoré en deux soirées !


Résumé :

Dans un orphelinat pour enfants handicapés, quelque part en Ukraine, à la fin des années 1980, le directeur est retrouvé assassiné en compagnie d'une jeune résidente. Des années plus tard, à Paris, un homme qui a apparemment de nombreux amis au gouvernement est retrouvé assassiné dans une chambre d'hôtel. Le lien entre ces deux affaires : une mystérieuse jeune femme aux yeux gris présente sur les lieux...


Mon avis :

Il y a quelques semaines, je me plaignais sur mon blog d'être abonnée aux pavés de plusieurs centaines de pages que je demandais des conseils pour une lecture rapide. Patrick Ferrer, l'auteur de la trilogie "Le baiser de Pandore", a entendu mon appel et m'a proposé de m'envoyer son premier tome ; après avoir découvert les premières pages sur Amazon, j'ai accepté sa proposition.  Il m'a fallu beaucoup plus de temps que prévu pour trouver l'occasion de m'y plonger, mais c'est maintenant chose faite. 

Ce roman est assez court et, en effet, il se lit facilement. Il se présente à première vue comme un roman policier, mais est en réalité plus complexe (et plus noir) que ça.  L'intrigue tourne plutôt autour d'une paire de jumelles aux yeux gris qui vont, semble-t-il, avoir un destin très particulier. Ce tome-ci parle surtout de leur enfance ; j'imagine que les deux tomes suivants nous en diront plus sur la façon dont elles se retrouveront (ou elle se retrouvera ?) à Paris. C'est ce mystère, plus que les deux meurtres, qui constitue le coeur de ce premier tome.

Ceci dit, ça reste un roman policier, surtout pour la partie qui se déroule à Paris. Le héros est un commissaire de police qui tente de découvrir qui a bien pu assassiner un homme ayant apparemment des liens avec les milieux d'espionnage, le tout sous la pression de ses supérieurs qui tiennent à boucler l'affaire le plus vite possible.  Malheureusement, ce roman n'échappe pas aux poncifs les plus désagréables du genre. Le sexe est omniprésent ; rien d'érotique, mais notre commissaire, qui narre une bonne partie de l'histoire, ne voit les femmes qu'il croise (très peu nombreuses) qu'au travers de l'attirance qu'il ressent. Quand il rencontre notre jeune héroïne aux yeux gris, il ne cesse de décrire à quel point elle est extraordinairement belle et sexy, et quand il détruit sa propre carrière pour la sauver d'une erreur judiciaire, on sent bien que si elle avait été moche ça ne lui serait pas venu à l'esprit. La seule autre femme qu'il croise, c'est pour se retrouver au lit avec elle. J'ose espérer que la police véritable n'est pas faite de ce genre de mâles constamment en rut...

Un autre poncif du genre policier noir, c'est les conflits avec la hiérarchie et un monde globalement pourri... et ici, c'est vraiment poussé loin. J'ai du mal à croire que la police et la justice française puissent mettre quelqu'un en prison pour meurtre sans preuves et en bâclant volontairement leur enquête, d'autant plus que notre héros enquêteur trouve ça tout à fait normal.  Non seulement le cynisme de sa hiérarchie me paraît peu crédible, mais le côté pratique de la chose est tout à fait irréaliste, puisqu'il y aura d'office un procès, surtout si la victime est aussi bien "protégée" qu'on ne le dit. Ce qui m'a le plus choquée cependant, c'est la visite de l'asile où se retrouve la prétendue coupable ; apparemment on y passe systématiquement les nouveaux arrivants à tabac, les interrogatoires sont accompagnés de torture physique, en cas d'incendie il est prévu de laisser les détenus dans leur cellule, et certains d'entre eux y sont enfermés depuis si longtemps qu'on a perdu la clé. Tout ça en plein Paris, au XXème siècle.

C'est dommage que ce genre de choses viennent un peu gâcher la lecture parce qu'en-dehors de ça il y a un vrai potentiel dans ce roman. La partie en Ukraine, bien que noire, m'a intéressée au point que je reste très curieuse sur le destin de nos deux jumelles. Le dernier quart du roman m'a semblé un peu lent et pauvre en révélations, mais en-dehors de ça je voulais avant tout en savoir plus sur le destin des héroïnes - ou de l'héroïne, le mystère plane à ce niveau-là aussi et c'est d'autant plus intéresssant. J'aurais aussi voulu savoir qui étaient les meurtriers des deux assassinats, mais à nouveau on n'en saura rien dans ce tome-ci. Le format d'une trilogie pour un roman policier est plutôt surprenant et un poil frustrant, mais je pense qu'il faut envisager ce premier tome comme un amuse-bouche et l'entamer en sachant qu'on n'aura pas le fin mot de l'histoire. A 0,99 euros le premier et 1,99 euro le deuxième tome (le troisième n'est pas encore sorti), même les trois ensemble restent à un prix très raisonnable pour un polar.

Voilà, en résumé c'est un roman policier mais aussi un roman noir centré sur le mystère de la personnalité de deux jumelles mystérieuses ; c'est un premier tome qui est surtout une mise en bouche et qui vous donnera envie de découvrir la suite de l'histoire ; c'est aussi un roman qui ne manque pas de défauts du point de vue du réalisme, mais la plume est agréable, il se lit vite et j'ai personnellement passé deux soirées agréables à me laisser emporter entre ses pages.


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- acheter ce livre sur Amazon (il n'est disponible qu'en ebook)


0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...