9 septembre 2012

Comme un roman, de Daniel Pennac


En période de relecture, je replonge dans mes amours de jeunesse. Cet essai sur le plaisir de la lecture est un de mes coups de coeur intemporels. 


Résumé :

"Il faut lire !" chante-t-on sur tous les tons. Mais les parents n'ont pas le temps et leurs ados suent sang et eau sur un devoir de français. Où est passé le petit enfant enthousiaste qui criait "encore !" dès qu'une histoire se terminait ?  Comment le faire revenir ?


Mon avis :

Pennac et moi, c'est une grande histoire d'amour. C'est son style qui me séduit au premier regard : érudit mais pas grandiloquent, imagé, actuel, tout simplement délicieux.  Il fut un temps où je ne ratais aucune de ses sorties, même dans mes périodes "creuses" point de vue lecture. Ah, le plaisir de retrouver une plume qui nous permet, à tous les coups, de s'envoler bien haut !  C'est bien entendu une sensation toute personnelle, comme le goût pour certains plats.  Pennac, c'est mon nutella à moi !
"Comme un roman" est un essai assez court sur la lecture, le plaisir de lire et la façon de le faire découvrir.  Daniel Pennac s'appuie visiblement sur son expérience dans l'enseignement du français pour  nous parler avec beaucoup d'éloquence de ce fameux "plaisir de lire" qui semble disparaître avec l'âge. Impossible de ne pas se reconnaître (ou reconnaître un proche) dans l'enfant qui demande son histoire du soir, dans l'adolescent qui compte péniblement les pages lui restant à lire pour son devoir du lendemain, ou dans le parent attentif qui semble si impuissant quand sa progéniture se braque face à la moindre page imprimée. 

Je ne vous dévoilerai pas les idées de l'auteur pour enrayer la transformation du lecteur émerveillé en réfractaire du texte. Elle est intéressante, bien que probablement un peu (ou beaucoup) simpliste.  L'auteur l'illustre de tableaux vivants, d'anecdotes et de quelques passages de ses romans préférés. A chaque lecture, je me dis que je devrais faire une liste de tous les romans et de tous les auteurs qu'il cite; un jour, je m'offrirai un petit challenge personnel sur ce thème !

La dernière partie du livre fait la liste des dix "droits imprescriptibles du lecteur". J'ai lu certains blogueurs se plaindre que ce roman faisait preuve d'un peu d'élitisme littéraire en ne citant que de grands noms de la littérature classique. Ce n'est pas l'impression que j'ai eue ; d'abord, on trouve aussi des passages de romans contemporains (en tenant compte du fait que "Comme un roman" a été publié en 1992), et ensuite, Pennac accorde explicitement au lecteur le droit au "bovarysme", celui de lire dans le seul but de s'évader. Il parle de "mauvais romans", mais il les définit clairement comme ceux construits sur un moule prédéfini, et sur ce point je suis plutôt d'accord avec lui. 

Le mot "essai" fait toujours un peu peur.  Ici il s'agit avant tout d'un texte très agréable à lire, de pensées dans lesquelles de nombreux lecteurs se reconnaîtront. Ces pages sont à la portée de tout le monde et resteront parmi mes petits plaisirs qui ne diminuent pas avec le temps.


Pour en savoir plus :
- la fiche Bibliomania du livre
- acheter ce livre sur Amazon


0 réactions:

Votre commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...